Le cadran solaire de la place de la Concorde

Ville, Pays : Paris, France - Mots clés : Place de la Concorde, place royale, obélisque concorde, place paris

Que vous y soyez passé des dizaines de fois ou une fois, aviez-vous remarqué incrustés dans le sol de la place des lignes et des chiffres romains ? A quoi servent-ils ?

2015 Ombre portée de l’obélisque pointant vers 10h, place de la Concorde

Crédit photo : criss deuxfois

2017 La ligne horaire et son chiffre romain pour 13h, place de la Concorde

Crédit photo : Mon Paris En Bouteille

Ombre portée de l’obélisque pointant vers 10h, place de la Concorde

Crédit photo : criss deuxfois

La ligne horaire et son chiffre romain pour 13h, place de la Concorde

Crédit photo : Mon Paris En Bouteille

Eh bien nous avons là un gigantesque cadran solaire, en fait le plus grand de France ! L’obélisque de la Concorde servant de gnomon, son ombre portée, au fil de la journée, se déplace en fonction de la course du Soleil. Elle passe ainsi par les différentes lignes qui, partant du pied de l’obélisque, marquent les heures de VII à XVII.

Cette idée de cadran solaire remonte à 1913. En effet, Camille Flammarion, fondateur de l’observatoire de Juvisy et de la S.A.F. (Société Astronomique de France), propose à la Ville de Paris de tracer le « plus vaste cadran solaire au monde », mais la guerre de 14-18 met fin au projet. Une vingtaine d’année plus tard, c’est Daniel Roguet, de l’observatoire de Juvisy, qui relance l’idée. Les travaux débutent, mais là encore c’est une guerre, celle de 39-45 qui a raison du projet. Cependant, on peut encore voir quelques traces de cette entreprise : 5 lignes partant du pied de l’obélisque sont creusées dans le sol, avec encore pour l’une d’elle sa structure métallique.

La troisième tentative est la bonne. A l’initiative de Philippe de la Cotardière (journaliste scientifique, membre de la S.A.F) et de Denis Savoie (astronome, spécialiste des cadrans solaires à la S.A.F.) le cadran solaire de la Concorde est inauguré le 21 juin 1999 pour le solstice d’été. Les lignes horaires sont matérialisées par des bandes jaunes thermocollées et par des plots de bronze lorsqu’elles traversent la chaussée.

Lors d’une balade sous le soleil, tentez l’expérience et essayez de lire l’heure en repérant l’ombre portée de l’obélisque. Vous constaterez un décalage avec l’horaire de votre montre ! Pourquoi ? Tout d’abord le cadran donne l’heure solaire, il faut donc en fonction des saisons rajouter 1 ou 2 heures pour que cela corresponde à l’heure de la montre. D’autre part, le cadran de la Concorde est de type horizontal. Pour être juste il faudrait que l’obélisque soit incliné en direction de l’étoile polaire. Il ferait ainsi un angle correspondant à la latitude du lieu, impensable donc ! Mais l’essentiel n’est pas là, le but est avant tout symbolique et pédagogique : l’ombre portée de l’obélisque millénaire montre à la fois la fuite du temps, et son déplacement met en évidence la rotation de la Terre.

Commentaires (
)

C'est ici...

Place de la Concorde, 75008 paris, france

Notice: Undefined property: Product::$dwf_amazonaffiliation in /home/www/picasquare.photo/cache/smarty/compile/d6/df/dd/d6dfddc2ace9476ce75b82d5fcdf1337d239c947.file.product-2photos.tpl.php on line 584