La place de la Concorde

Ville, Pays : Paris, France - Mots cles : Paris, 75008, Place de la Concorde, place royale, obélisque concorde, fontaine concorde, hôtel marine

Dernière des 5 places royales parisiennes, la place de la Concorde est créée en 1763. Il s’agit de trouver un lieu digne de recevoir une statue équestre de Louis XV. Quoi de mieux alors que ce vaste espace situé sur l’Axe historique, entre les jardins des Tuileries et ceux des Champs Elysées. A l’époque ce n’est qu’une vaste esplanade dite du Pont-Tournant, elle est entourée de fossés. A l’inverse des autres places royales, celle de la Concorde n’est bâtie que sur son côté nord avec deux grands hôtels qui ont une vue plein sud vers la Seine. Vue depuis le côté sud, petit retour en images sur les aménagements et l’environnement de la place de la Concorde.

1770 La place de la Concorde vers 1770

La place de la Concorde vers 1770

Edifiée à partir de 1763 entre les jardins des Tuileries et les Champs-Elysées, la place de la Concorde est une place royale dédiée à Louis XV. Au centre, sa statue équestre regarde vers l’est en direction des Tuileries. Sur ses quatre côtés, les fossés sont bordés par des balustrades avec à chaque angles deux guérites.

Au nord de la place, deux façades identiques, le bâtiment de droite abrite le Garde-Meuble de la Couronne. Celui de gauche devait à l’origine accueillir l’hôtel des Monnaies. Entre les deux, la rue Royale a été percée avec dans son prolongement la nouvelle église de la Madeleine qui doit y être édifiée.

Crédit photo : Ville de Paris / BHVP

1810 La place de la Concorde vers 1810

La place de la Concorde vers 1810

Par rapport à la vue précédente jouons au jeu des différences : la statue équestre, le sommet des guérites d’angle et le dôme de l’église de la Madeleine.

Sous la Révolution, en 1792, la statue est démontée et fondue. A l’origine les guérites devaient être surmontées de trophées sculptés or cela ne fut jamais réalisé. Quant à l’église de la Madeleine le plan de départ prévoyait qu’elle soit surmontée d’un dôme, mais sous Napoléon 1er les plans sont changés. L’empereur veut en faire un temple à la gloire des Armées. Ces deux derniers éléments montrent que la gravure précédente représentait à la fois ce qui était déjà construit et ce qui était en projet.

Crédit photo : RMN-Grand Palais / Franck Raux

1850 La place de la Concorde vers 1850

La place de la Concorde vers 1850

L’érection de l’obélisque en 1836 entraîne un réaménagement de la place. Le projet est confié à l’architecte J. Hittorff. De part et d’autre de l’obélisque deux fontaines monumentales sont édifiées. Au-dessus des guérites 8 statues allégoriques de 8 villes sont installées, et autour de la place des colonnes rostrales ont été ajoutées. A noter aussi l’ajout des Chevaux de Marly, en 1794, qui marquent, depuis, l’entrée vers les Champs-Elysées.

Depuis le Palais Bourbon la vue plonge sur le pont de la Concorde qui, à partir de 1791, relie les deux rives de la Seine. En arrière-plan, la butte Montmartre avec ses moulins sur la gauche de la ligne de crête.

Crédit photo : Ville de Paris / BHVP

1946 La place de la Concorde en 1946

La place de la Concorde en 1946

Même point de vue que précédemment, à part le comblement des fossés, la place n’a pas changé. Et pour cause, elle est classée aux Monuments historiques depuis 1937.

Par contre, l’arrière-plan nous offre un panorama du nord-ouest de la capitale. De droite à gauche on peut remarquer : la colonne de la place Vendôme ; le dôme de l’église Notre-Dame de l’Assomption ; juste derrière, l’opéra Garnier ; au fond, le Sacré Cœur est sorti de terre ; enfin sur la gauche le dôme de l’église Saint-Augustin.

Crédit photo : René-Jacques / BHVP / Roger-Viollet

2017 La place de la Concorde en 2017

La place de la Concorde en 2017

Chargée d’histoire, la plus grande place de Paris a traversé le temps. D’abord place royale, sous la Révolution on y coupe des têtes dont celle de Louis XVI et de Marie Antoinette… De nos jours c’est sur cette place que les troupes saluent le Président de la République lors du défilé militaire du 14 juillet. Lieu de passage des cortèges lors des obsèques de personnalité, c’est aussi une place qui accueille divers types de manifestations qu’elles soient festives ou politiques.

En 1998, à l’initiative de Christiane Desroches Noblecourt le sommet de l’obélisque est recouvert d’un pyramidion doré.

Crédit photo : Hunza

Commentaires (
)

Le saviez vous ?

Place de la Concorde, 75008 paris, france

Notice: Undefined property: Product::$dwf_amazonaffiliation in /home/www/picasquare.photo/cache/smarty/compile/47/fb/0c/47fb0c18506eb8fa8d3058b2e7f81df0d225df0a.file.product-timeline.tpl.php on line 623